Murray termine en apothéose, n°1 mondial - TCKMAROC

LOGO TCKSlide thumbnail
  • scoop.it

Murray termine en apothéose, n°1 mondial

Andy Murray a pris la mesure de Novak Djokovic, dimanche en finale du Masters à Londres (6-3, 6-4, en 1h42). C’est la première fois que l’Écossais, assuré de terminer l’année à la première place mondiale, remporte cette épreuve

Andy Murray ne pouvait espérer meilleur final à son épatant deuxième semestre 2016 : on tempérait la symbolique de son accession à la première place mondiale, le 7 novembre dernier après son succès à Bercy, en lui rétorquant qu’il n’avait pas eu à affronter, depuis Roland-Garros, un seul top 5. En une semaine, à l’O2 Arena de Londres, là où, disait-il, il avait jusqu’ici eu du mal à exprimer la pleine mesure de son talent, il en aura avalé quatre à la suite. Le British est devenu glouton. Nishikori et Wawrinka d’abord, en phase de poules, puis Raonic en demie, samedi, vaincu au tie-break du troisième acte. Avant l’apothéose dimanche, face à son meilleur ennemi, Novak Djokovic, quadruple tenant du titre au Masters mais incapable de rivaliser avec le Britannique (6-3, 6-4, en 1h42).

Andy Murray termine 2016 sur une série de 24 succès de rang, entamée mi-septembre en demi-finale de la Coupe Davis. Sur cette période, il a gagné 5 titres, 9 au total cette année

Djokovic n’était plus le même que la veille

Le Serbe était redevenu «Djokosmique» la veille, face à Kei Nishikori (6-1, 6-1), mais c’était un mirage : il n’a plus grand-chose à voir avec celui qui survolait les débats début 2016, jusqu’à détenir les quatre Grands Chelems en même temps, après son triomphe sur la terre battue parisienne le 5 juin. En dominant à l’époque Murray en finale, pour la 13e fois sur les 15 derniers duels. D’ascendant serbe, il n’y a plus en cette fin de saison.

S’il a débuté une finale que l’on espérait grandiose, et qui ne l’a pas vraiment été, par deux jeux blancs au service, Djokovic a vite dévoilé ses failles du moment, bien aidé par un Murray à sa main du fond et bien remis de son marathon de la veille (3h38). Après une première alerte à 3-2 (deux balles de break écartées), le numéro deux mondial a cédé à 4-3, en cédant une nouvelle fois à l’échange (30 fautes directes à 15). De 3-3 à 6-3, 2-0, l’Écossais a glané cinq jeux de suite, s’appliquant à faire déjouer un Djokovic bien maladroit dans ses prises d’initiative. Symboles de sa maladresse, ce smash décentré en début de rencontre, puis cette volée liftée de coup droit dans le filet, à 2-1, 30-15.

Andy Murray est le 17e joueur différent (depuis 1973) à terminer une année civile numéro un mondial, il est aussi le sixième joueur à gagner le Masters à domicile, après Connors (77), McEnroe (78, 83, 84), Becker (92, 95), Stich (93) et Hewitt (2001).

par l’équipe

Le Top 10 fin 2016 :

1. Andy Murray 12,410 points
2. Novak Djokovic 11,780
3. Milos Raonic 5,450
4. Stan Wawrinka 5,315
5. Kei Nishikori 4,905
6. Marin Cilic 3,650
7. Gaël Monfils 3,625
8. Dominic Thiem 3,415
9. Rafael Nadal 3,300
10 Tomas Berdych 3,060

 

 

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *